Compositions

Le titre de cette série se réfère à une réflexion sur la composition en concerto d’une œuvre picturale, c’est-à-dire une composition dans laquelle une figure centrale se détache d’un fond pléthorique comme la voix d’un soliste émerge d’un ensemble.

Ici, la figure centrale pourrait être le public, confronté à un environnement pictural, tel le soliste à son orchestre. Car dans les œuvres de cette série, point de formes uniques, mais un enchevêtrement de couches picturales, venant poursuivre le travail des textures engagé lors de ma série Impressions. Pour la première fois pour moi, de la peinture à l’huile vient recouvrir un fond travaillé à l’acrylique, et partiellement poncé. Son utilisation ne vise pas à faire émerger une figure grasse sur un fond maigre, mais au contraire à mêler ces deux techniques, et les textures qu’elles permettent, de la façon la plus trouble possible, pour qu’elles forment ensemble la symbiose d’un orchestre.

Technique mixte, dit on. Il s’agit donc bien de mélange et d’hybridation.

L’utilisation de l’huile, petite révolution à l’échelle du peintre, m’oblige à réaliser chaque œuvre en plusieurs temps. En plusieurs mouvements. Un temps pour l’acrylique, horizontal, puis par dessus, après séchage, un temps, ou plusieurs, pour l’huile, une fois l’œuvre redressée à la verticale. Composition en plusieurs mouvements donc, qui s’ajoutent les uns aux autres pour créer une œuvre globale. L’arrivée du pinceau, que j’utilise pour la première fois, change tout et permet l’assemblage ex nihilo d’éléments différents. J’ai travaillé durant mes premières années à épurer et isoler les mouvements qui composaient mes œuvres. J’en viens désormais à les combiner, les superposer et créer, à leur rencontre et par leur enchevêtrement, la complexité d’une œuvre orchestrale.

Ces ensembles symbiotiques amènent l’émergence de paysages abstraits, grâce à une cohabitation sur la toile de plusieurs structures et textures. Les paysages sont facilement enclins à devenirs abstraits et c’est pourquoi j’utilise cette notion pour tenter de dépasser la stricte opposition entre figuratif et abstrait. Je propose à la place des œuvres hybrides visant la manifestation concrète de la peinture mise en mouvement.

Ce flottement de la composition est une nouvelle tentative d’expression du mouvement.