Résidence au Château de l’Esparrou

De la rencontre avec l’association Les amis de l’Esparrou est née l’idée d’inviter Silvère Jarrosson en résidence dans les Pyrénées-Orientales pour travailler sur un projet de performance en compagnie du violoniste Théotime Langlois de Swarte, qui permette de mêler intimement peinture et musique.

Les Partitas de Bach sont choisies pour ce projet, pour la fluidité et la complexité de la composition qui permettent à Théotime d’exceller dans son jeu et à Silvère d’utiliser une grande variété de rythmes. Un passage en particulier de la Chaconne évoque de façon particulièrement éloquente la gestuelle du peintre et sert de point de départ au travail des deux artistes.

La restitution de ce travail a lieu le 18 octobre 2020 au Palais des Rois de Majorque de Perpignan. Un concert que l’on voit se transformer au fil de la toile, et où les deux protagonistes se suivent et s’accompagnent :

  • l’allemande : on prend ses marques, et on place ses repères ;

  • la courante : exhaltation d’une peinture qui va plus vite que que la musique ;

  • la chaconne : délire virtuose du violoniste ;

  • et la musique de Bach qui fait vibrer la toile, tout simplement.

Derniers accords de violon de Théotime. Silvère termine sa toile. La peinture, elle, continue quelques instants. Elle bouge encore mais ralentit, elle se fige. Le temps est sur le point de la quitter. Peut-être est-on en train d’assister à une lente photographie, le passage progressif du mobile à l’immobile. Ces méandres seront bientôt des fossiles : l’image d’une vie instantanée, installée dans une durée proche de l’éternel. Le temps de cette œuvre prend la tangente ; la synchronisation se perd pour que s’achève la séparation de son existence et de la nôtre. Elle est dans l’amnios du temps.